Laurent Muller Enlarge

Articles

Laurent Muller Luxembourg à l’heure des comptes

Docteur en économie, Laurent Muller analyse la situation actuelle du Grand-Duché et les risques qui pèsent sur son modèle.

Recettes

Dans le cas du Luxembourg, les chiffres peuvent être trompeurs : avec un déficit acceptable et une dette encore dans des limites tolérables, la photographie du pays semble bonne aujourd’hui. Elle répond aux critères de Maastricht. Mais la réalité est moins rose lorsque cette image est mise en perspective : les dépenses futures du pays vont augmenter plus rapidement que les recettes ce qui va faire croître les déficits ainsi que la dette publique qui pourrait atteindre les 4 milliards d’euros au cours de la période 2012-2015 selon les prévisions actuelles. En plus, l’ouverture de notre économie entraîne que les centres de décisions relatives à nos recettes publiques futures sont souvent délocalisés, qu’il s’agisse de l’Europe – où se décident les nouvelles réglementations - ou des sièges de grandes sociétés dont des filiales sont basées au Grand-Duché. Ceci augmente le risque structurel d’une baisse des recettes futures comme le pays n’est pas totalement maître du sort de son évolution économique, mais dépend fortement de l’étranger. A titre d'exemple, la modification du régime de TVA sur le commerce électronique en 2015 impliquera une perte de recettes fiscales, d'environ 600 millions euros ou 1.2% du PIB.

Dépenses

La marge de manœuvre pour adapter les dépenses publiques est limitée à court terme. En plus, le pays connaît des engagements à long terme comme par exemple les retraites. Rappelons que les actifs financent aujourd’hui ce que les retraités perçoivent chaque mois. Or la pyramide démographique inversée mène de manière inéluctable vers une situation où moins de cotisants vont devoir payer pour plus de retraités, avec de surcroît une croissance réduite. C’est évident, et c’est contractuel. Si plusieurs réformes sont nécessaires, celle des retraites requière une refonte importante pour ne pas trop pénaliser les cotisants de demain.

Bilan

Le Luxembourg, comme tous les pays européens fait face à une crise conjoncturelle, mais le pays ne doit ignorer le risque d’une crise structurelle provoquée par une disparition éventuelle de quelques niches qui contribuaient à sa prospérité récente. A l’image des petites sociétés qui parviennent à se développer dans le sillage des multinationales, le pays doit continuer à capitaliser sur ses forces avec une approche rapide, habile et parfois opportuniste, car la crise fait naître des opportunités et des besoins inédits. Le Luxembourg a su saisir ce type de chances dans le passé à multiples reprises. L’ouverture de l’économie luxembourgeoise est une chance, et les risques y afférents nécessitent d’être gérés. Le défi consiste donc à s’adapter constamment aux nouvelles donnes en promouvant l’attractivité de la place Luxembourgeoise auprès des entrepreneurs et des investisseurs du monde entier.

Citation

« Il y a des opportunités. Mais encore faut-il les saisir. »

December 17, 2012 10:38:33 AM CET

Download article (require acrobat reader 8 or higher - download it here)

Authentified Authentified
User
Self made
Presented by MyOfficialStory

My contents

Order by Date Title
Loading