Cinéma Luxembourgeois Enlarge

Articles

Cinéma Luxembourgeois Le (futur) scénario parfait ?

L’industrie du cinéma ronronne à Luxembourg depuis des décennies. Mais une alliance avec le monde de la Finance pourrait décupler son potentiel pour le pays.

Passion

Une conversation avec Jimmy de Brabant et Bob… , de la société Delux, vous entraîne de Cannes à Venise et de Berlin à Los Angeles.Avec … films au compteur, dont des blockbusters comme la jeune fille à la perle ou… (avec Al Pacino), ils ne comptent plus les anecdotes et les scénarii les plus palpitants. Leur bureau est également truffé de souvenirs divers : claps, chaises de réalisateurs, affiches de films, photos… Mais en y regardant de plus près, ce sont des businessmen presque comme les autres, l’un ayant tracé sa voie chez UGC et RTL, l’autre ayant fait ses classes dans le monde de la banque.

Alchimie

La production d’un film est un miracle qui se répète à chaque projet. D’abord, il faut un bon scénario ; puis une vision, qu’il convient de partager avec un réalisateur et des acteurs, simplement conquis par quelques mots couchés sur du papier. Vient alors la recherche du financement, qui, en cas de succès, sera suivie par la signature des contrats avec les intéressés et la production à proprement parler. Au niveau du financement, la pratique habituelle passe par 2 étapes : d’abord la recherche d’un budget de pré-production d’environ 200.000 euros, qui sont remboursés avec 50% d’intérêts le premier jour du tournage. Puis le financement du film en lui-même, aux alentours de 10 à 15 millions en moyenne pour une société comme Delux, qui est divisé en 3 parties : les aides publiques, les pré-ventes et le financement par des investisseurs.

Le chaînon manquant

Qui n’a pas rêvé d’avoir son nom au générique ou de monter les marches à Cannes. Qui aurait pu prédire à …. qu’il finirait sur scène à Holywood pour recevoir un Oscar ? Personne avant lui ne voulait du film « The artist » ! Le Luxembourg gagnerait sans doute à voir les banquiers privés s’intéresser à l’univers du cinéma. Ce serait un produit de ‘passion-investment’ pour une clientèle échaudée par les investissements intangibles et sans doute séduite par la perspective de fréquenter un milieu magique, peuplé de superstars. Dans un univers comme le show business, où les chalatans sont légions et les investisseurs anarqués ne se comptent plus, le Luxembourg pourrait apporter son professionnalisme et ses véhicules financiers -le SIF en première position- pour saisir une opportunité à fort rayonnement international... Coupez !

December 17, 2012 10:38:33 AM CET

Download article (require acrobat reader 8 or higher - download it here)

Authentified Authentified
User
Self made
Presented by MyOfficialStory

My contents

Order by Date Title
Loading