Etienne Schneider Enlarge

BusinessMen

Etienne Schneider Politicien dans l'âme

A 41 ans, Etienne Schneider, nouveau ministre de l'Economie et du Commerce extérieur et plus jeune membre du Gouvernement luxembourgeois, affiche déjà une longue carrière en politique.

Economie et politique

Passionné par la politique depuis son plus jeune âge, Etienne Schneider entreprend des études d'économie. Quoi de plus logique dès lors qu'il se retrouve aujourd'hui ministre dans cette spécialité? Après s'être formé à l'ICHEC à Bruxelles et à la Greenwich University à Londres, en 1995, il décroche son premier job comme assistant scientifique au Parlement européen à Bruxelles. A 24 ans, le démon de la politique le tenaille déjà, il est élu conseiller communal de Kayl. Quelques mois plus tard, il exerce ses talents d'économiste auprès du groupe parlementaire du Parti Ouvrier Socialiste Luxembourgeois (LSAP) à la Chambre des Députés. En 1997, il est chargé de mission auprès de l'Otan à Bruxelles, un exil bruxellois qui durera quelques années.

Développement économique

En 2004, retour à Luxembourg. Etienne Schneider est nommé conseiller du gouvernement au ministère de l'Economie et du Commerce extérieur. Devenu premier conseiller du gouvernement en 2009, il compte, dans ses compétences, les Directions du développement économique, des infrastructures et de l'énergie au ministère de l'Economie et du Commerce extérieur. Deux ans plus tard, alors qu'il est chargé de la Direction générale du développement économique, de l'industrie et des entreprises, il siège au conseil d'administration de plusieurs sociétés (Société électrique de l'Our, SEO, Cegedel SA, Enovos International SA et Enovos Deutschland AG, Creos, SNCI). Aujourd'hui, il a démissionné de tous ces mandats.

Relancer la croissance

Ministre de l'Economie et du Commerce extérieur depuis le 1er février 2012, Etienne Schneider entend bien relancer la croissance au Grand-Duché. "Il nous faut un véritable 'pacte pour la croissance'", souligne-t-il. La stratégie de croissance proposée par le gouvernement se décline en cinq champs d'action: recherche et innovation, éducation, énergie, emploi et inclusion sociale. "La recherche et l'innovation restent le moteur par excellence pour stimuler la croissance et la compétitivité de nos entreprises. Nous y allouerons près de 600 millions d'euros pour la période 2013-2014", précise-t-il.

May 16, 2012 8:19:52 PM CEST

Download article (require acrobat reader 8 or higher - download it here)

Authentified Authentified
Self made
Presented by MyOfficialStory

My contents

Order by Date Title
Loading