Betty Fontaine Enlarge

BusinessWomen

Betty Fontaine Brasseur de père en fille

  • En
A la tête de la Brasserie Simon depuis 2003, Betty Fontaine développe son entreprise dans un marché de niche appétissant : les bières spéciales.

La tradition rompue

C’est Charles Mathieu, dont la femme était membre de la famille Simon qui a créé la Brasserie en 1824. Elle est vendue 15 ans plus tard, et revient dans la famille en 1890 lors de son rachat aux enchères par Jules Simon, l’arrière-arrière-grand-père de Betty. Le fils de Jules, Joseph, reprendra l’affaire, suivi par sa fille, Jacqueline, députée maire de Wiltz qui épouse Charles Fontaine. Leur fils, Jacques prend à son tour la relève en 1975. L’arrivée dans la brasserie de Betty en 2003 marque une rupture avec la tradition : c’est la première personne de la famille depuis 1890 à rejoindre la brasserie sans avoir un prénom qui commence par un ‘J’ !

La touche ‘Betty’

Elle n’était pas prédestinée à reprendre la brasserie et à vrai dire, le sujet était tabou à la maison. Sa mère pensait qu’elle deviendrait mère au foyer. Finalement son grand frère choisit l’informatique et Betty boucle un cursus d’ingénieur électromécanicien. Elle visait une spécialisation dans l’aéronautique, mais sort diplômée en génie mécanique dont la pratique est moins théorique. Le 27 juin 2003, dernier jour de ses études, reste une date importante à ses yeux, même si elle complètera plus tard son cursus avec un MBA en cours du soir. Sa mission commence à la Brasserie par une première année d’observation, puis elle passe à l’action. A l’époque, la brasserie n’a qu’une marque pour une production de 18.000 hectolitres. En 2006, la Brasserie Simon rachète la microbrasserie Ourdaller, basée à Heinerscheid, qui produit une bière spéciale au sarrasin. L’année suivante, c’est la brasserie Okult qui est reprise : une bière bio aromatisée au coriandre et à l’écorce d’orange.

La guerre du malt

Les résultats de cette stratégie portent leurs fruits dès 2009. Dès lors, la société peut investir dans la modernisation de son outil de production et innover : Okult lance par exemple une ‘stout’ similaire à la fameuse Guinness et la Simon Pils est proposée dans une superbe bouteille en aluminium, 100% recyclable. Cette stratégie de niches permet à Betty de renforcer sa position sur le marché Luxembourgeois en évitant la confrontation avec les 2 mastodontes du marché, Bofferding-Battin et Mousel-Diekirch, dont les volumes de production et les budgets en marketing sont incomparables. « Inutile d’aller faire pipi avec les grands chiens si on ne peut pas lever la patte aussi haut qu’eux », aime-t-elle rappeler avec malice. La croissance future pourra passer par des exportations, mais en attendant les camions de la brasserie Simon livrent dans tout le pays, même les particuliers. + d’infos : www.brasseriesimon.lu

October 10, 2012 12:26:09 PM CEST

Download article (require acrobat reader 8 or higher - download it here)

Authentified Authentified
Self made
Presented by MyOfficialStory

My contents

Order by Date Title
Loading